L’immobilier, moins rentable à cause de l’encadrement des loyers ?

Xerfi, leader des études économiques sectorielles, estime que l’encadrement des loyers porte atteinte à la rentabilité de l’immobilier. Selon Alexandre Mirlicourtois, directeur de la conjoncture de Xerfi, un tel encadrement représente un « sujet clivant » touchant au droit inaliénable à la propriété et à la liberté des investisseurs immobiliers pour certains et intervenant dans le cadre d’un regain de pouvoir d’achat aux locataires pour d’autres.

Ce que l’encadrement des loyers engendre

L’encadrement des loyers impacte négativement sur l’investissement locatif. Sa rentabilité est menacée, et cela s’étend vers l’intégralité du secteur de la construction. Lorsque les loyers sont trop chers, les locataires sont les premiers à souffrir. En encadrant les loyers, c’est-à-dire en les modérant, il est possible de fixer une certaine limite à la perte de compétitivité. Une augmentation des prix limitée en matière de logement locatif permet de diriger les ressources vers le capital productif, ce qui est une bonne chose. Ainsi, cet encadrement est aussi bénéfique que contraignant. Il a été institué en France dès le début des années 1980, notamment via l’encadrement par un indice proche de l’inflation des évolutions annuelles des loyers. L’encadrement des loyers nuit cependant à la rentabilité de la construction. Les loyers ont haussé de 53% depuis vingt ans dans l’Hexagone.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *