18 janvier 2018

De plus en plus de logements vides dans les villes

La Fédération nationale de l’immobilier (Fnaim) a publié les résultats d’une étude sur l’immobilier qu’elle a dirigée. Elle montre qu’environ trois millions de maisons sont inoccupés dans les villes françaises.

Plus de logements inoccupés à Pau

La Fnaim utilise les derniers chiffres de recensement de l’Insee pour son étude. Elle révèle la hausse du nombre de logements vides dans les villes françaises, en particulier dans les centres urbains des petites et moyennes villes. Le taux de logements vacants est plus fort dans les villes moyennes de 200 000 à 500 000 résidents. Il dépasse les 10% à Mulhouse et à Pau, en 2014. Il dépasse les 8% dans 50% des 29 villes de 100 000 à 200 000 que la Fnaim a étudiées dans le cadre de son enquête. Six villes d’entre elles, dont Tarbes, Béziers, Brive, Roanne, Bourges et Agen, montrent même un taux supérieur à 10%. Un taux pouvant dépasser les 15% dans les villes peuplées par moins de 100 000 personnes. La Fnaim constate ainsi que plus la ville est petite, plus les logements vides sont nombreux.

Découvrez les formations de Yann Darwin

Les raisons de cette hausse

L’étude réalisée par la Fnaim prouve que l’attractivité territoriale joue un rôle majeur dans l’immobilier. La hausse des logements vacants est due à la démographie, certaines villes étant moins peuples que d’autres. Mais ce facteur n’agit pas seul. Il est combiné à « l’inadaptation des centres anciens des petites villes à la demande » et « ses caractéristiques structurelles ». Les ménages français ne s’intéressent plus aux maisons anciennes qu’ils abandonnent au profit des logements mieux équipés et suivant les normes les plus récentes.

Les baisses remarquées

Les logements vacants sont moins nombreux dans les villes de plus de 500 000 résidents. Ils reculent de -1,5% à Paris. Le taux de logements inoccupés dans les villes habitées par plus de 500 000 personnes est d’environ 6,8% en 2014. Cela représente un recul de ,6 % par rapport à 1999. Nantes, Bordeaux et Rennes sont les villes où l’on trouve le moins de logements vides, avec respectivement 5,4%, 5,6% et 6,3%.
Autre conseil: les hypothèques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *